Valeurs juives - fêtes

17 tamouz et 9 av, les jeûnes

 

shavouot

La source biblique du jeûne...
est une prophétie de Zacharie pour les temps messianiques, où il annonce que « le jeûne du quatrième mois, le jeûne du cinquième, le jeûne du septième et le jeûne du dixième se changeront pour la maison de Juda en jours d’allégresse et de joie. » Il est probable que Zacharie ait en tête le 9 tammouz, jour où la première brèche est apparue dans l'enceinte de Jérusalem lors du siège de la ville par Nabuchodonosor3. Cependant, selon les Sages, le « jeûne du quatrième mois » a lieu au dix-septième jour de mois, car cinq calamités sont tombées sur le peuple juif en ce jour :
- le péché du veau d'or et le bris des premières tables de la Loi ;
- l'érection d'une idole dans le sanctuaire du Second Temple de Jérusalem par Antiochus Epiphane
- l'interruption du korban tamid (offrande perpétuelle) lors du siège babylonien de Jérusalem, pour la première fois dans l'histoire ;
- la crémation d'un rouleau de la Torah par le chef militaire romain Apostamos
- la première brèche dans la muraille d'enceinte de Jérusalem au cours du siège romain de Jérusalem (et, selon le Talmud de Jérusalem, également lors du siège de Nabuchodonosor mais les habitants de Jérusalem, l'esprit embrumé par le deuil, se seraient trompés de date

Les calamités du 17 tammouz sont commémorées par l'un des quatre jeûnes publics instaurés par les prophètes. Ce jeûne a, comme Yom Kippour, pour but d'inciter au repentir. À la différence de ce dernier et, théoriquement, du 10 tevet, il doit être repoussé au dimanche suivant ou avancé au jeudi s'il coïncide avec un chabbat.
Il est observé de l'aube au crépuscule9 et il est permis de manger la nuit, qui précède. Il marque un tel deuil qu'il doit être observé par les mariés dans la semaine qui suit leur mariage11 mais les femmes enceintes ou allaitantes et les malades en sont dispensés.

Le 9 Av

Le 9 Av (Ticheah BeAv ) est le jour traditionnel de commémoration de la destruction des Temples de Jérusalem - le premier par les Babyloniens en 586 avant notre ère, le second en 70 par les Romains. La Tradition a relié d'autres tragédies de notre histoire à cette date du 9 Av. Ainsi, dans la Michnah, il est dit : C'est le 9 Av qu'il fut décidé que nos ancêtres ne rentreraient pas en Canaan, que le Temple serait détruit, le premier comme le deuxième, que Bethar tomberait et que Jérusalem serait détruite (Taanit 4 :6).
Des coïncidences, peut-être fortuites, ont été relevées par certains rabbins :
En 1290 le roi Edward 1er signa 1'edit d'expulsion des Juifs d'Angleterre,
En 1492 L’édit d'expulsion des Juifs d'Espagne fut signe,
En 1914 l'archiduc Ferdinand d'Autriche fut assassiné, entrainant la guerre de 1914-1918, elle-même indirectement à l'origine de celle de 1939-1945.

La liturgie spéciale qui s'est développée à partir du Livre des Lamentations rappelle la peine et les souffrances du peuple juif dans l'histoire.
Bien que de nombreux Juifs ne commémorent plus le jour du 9 Av, surtout depuis le rétablissement de l'Etat d'Israël, d'autres continuent de marquer ce jour par le jeune et la prière. Dans de nombreuses communautés, on rappelle le jour du 9 Av tous ceux qui sont morts al Kiddouch haChem/dans la sanctification du Nom de Dieu.
Les mariages et les fêtes ne sont pas célébrés à Ticheah BeAv ni, par extension, à partir du début du mois.